1 # La Mécanique du Coeur – De Mathias Malzieu

meca du coeur1

Résumé :

Edimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son coeur en reste gelé. Mi-Sorcière Mi-Chaman, la sage-femme qui aide à l’accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le coeur déféctueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et jack vivra, à condition d’éviter toute charge émotionnelle : pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d’état amoureux. Mais le regard de braise d’une petite chanteuse de rue mettra le coeur de fortune de notre héros à rude épreuve : prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu’aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l’amour comme sa cruauté.

Mon avis :

Jack naît à Édimbourg, le jour le plus froid du monde, avec un cœur gelé. Madeleine, sage-femme réparant les « cassés » de la vie, remplace son cœur par une horloge en lui donnant trois recommandations primordiales et vitales:
« Premièrement, ne touche pas à tes aiguilles.
Deuxièmement, maîtrise ta colère.
Troisièmement, ne te laisse jamais, au grand jamais, tomber amoureux.
Car alors pour toujours à l’horloge de ton cœur la grande aiguille des heures transpercera ta peau, tes os imploseront, et la mécanique de ton cœur sera brisée de nouveau. »

Mais ce qui ne devait surtout pas arriver, arrivera et Jack croisera Miss Acacia, « la flamme à lunettes », une petite danceuse de flamenco, et tombera éperdument amoureux, un amour fou et passionnel pour lequel il traversera l’Europe, afin de la retrouver, rencontrant dans son périple divers personnages qui lui transmettront tous une vision différente, mais bien personnelle, de l’amour.

C’est un joli compte, une jolie histoire, on ne s’attend pas forcément à cette fin et c’est ça qui est intéressant. Les personnages sont attachants et nous montre que même si on est différents on peu vivre une jolie histoire d’amour comme tout le monde.

C’est un coup de coeur pour moi.

A écouter également l’album de Dionysos  » la mécanique du coeur » qui est une merveille.

Extraits :

 » Il doit rester quelques rêves d’enfant cachés sous mon oreiller, je tenterais de ne pas les écraser avec ma tête lourde de soucis d’adulte. »

 » Tout le plaisir et toute la joie que l’amour peut faire ressentir se paient un jour ou l’autre en souffrances. Et plus on aime fort, plus la douleur à venir sera décuplée. Tu connaîtras le manque, puis les affres de la jalousie, de l’incompréhension, la sensation de rejet et d’injustice. »

 » J’ai la gueule de bois amoureuse ; le réveil est violent. »

 » – Aujourd’hui, je fais tout à l’envers parce que je ne sais plus comment m’y prendre pour arrêter de te perdre et ça me rend malade. »

» Est-ce qu’elle vient de sortir d’un œuf ? est-ce que cette fille se mange ? Est-ce qu’elle est en chocolat ? Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s