5 # Les cerfs-volants de Kaboul. De Khaled Hosseini

Les-Cerfs-Volants-De-Kaboul_7490_4ea5fed84f13c137cc00280d_1320295697

Résumé :

Dans les années 70 à Kaboul , Amir, fils d’un riche commerçant Patchoun, grandi avec ses serviteurs Ali et son fils Hassan tout deux des Hazara. Amir et Hassan, qui sont frère de lait, partage presque tout, comme des frères mais surtout leur jeu préféré : le cerf-volant. Même si Amir est parfois partagé entre le fait qu’il soit son ami ou son serviteur. Mais malgré les moqueries des autres enfants, il continu de jouer avec lui. Jusqu’à ses 12 ans où il commet la pire des lâchetés.

Après ça tout va changer. Ali et Hassan s’en vont, et Amir et son père vont se réfugier au Etats-Unis. Mais le passé ressurgit toujours, en été 2001 Amir reçoit un appel : « Il existe un moyen de te racheter »…

Mon avis :

C’est un gros coup de coeur pour moi. Ce livre est une merveille ! J’aime le personnage d’Amir qui est rongé par la culpabilité toute sa vie et qui va enfin pouvoir se racheter, mais celui que j’ai surtout aimé c’est Hassan, Hassan le serviteur qui ne sait ni lire, ni écrire mais qui est beaucoup plus fûté et plus intelligent et plus courageux qu’Amir. On en apprend aussi beaucoup sur la culture et l’histoire Afghane. Il nous emmène dans un voyage culturel très intense, peuplé de disparités, de richesses, de misère, de couleurs, de saveurs et de parfums très divers.

le message qu’il véhicule est très beau : un vrai ami pardonne toujours les infidélités, ne garde pas de rancoeur et fera toujours tout pour nous aider et nous sauver, tout comme le fait que la rédemption peut survenir à tout moment, parfois quand on ne l’attendait plus…

Extraits :

 » – Pour toi un milliers de fois, m’entendis-je déclarer.
Et je courus.
Ce n’était qu’un sourire, rien de plus. (…) Un détail.  Une feuille dans les bois agitée par le brusque envol d’un oiseau effrayé. Mais qu’à ce la ne tienne je m’en accomodais. (…)
Je courus moi, un adulte, au milieu d’un essaim d’enfants criards. Je m’en moquais. Je courus avec le vent dans la figure et sur mes lèvres un sourire aussi large que la valllée du Pandjshir. Je courus. »

 » Il vaut mieux être blesse par la vérité que réconforté par un mensonge. »

 » – C’est la guerre. Il n’y a pas d’honneur qui tienne en temps de guerre.
– La guerre ne dispense pas de se comporter décemment. Elle l’exige même, encore plus qu’en temps de paix. »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s